Dynamiser le marché des discothèques avec des « Club kids »

Certains prédisent une baisse d’achalandage dans les discothèques du Québec, en particulier sur la Grande Allée. Je n’ai pas de chiffre à vous donner car cette approximation me vient d’un entrepreneur ayant étudié ce marché de près qui garde ces chiffres confidentiels. La rumeur veut que les jeunes ne s’intéressent plus autant aux discothèques qu’il y a dix ans. C’est le changement de génération qui expliquerait cela. En attendant de confirmer la nouvelle, il est peut-être temps de prévoir le pire, question de s’assurer un avenir plus certain dans ce milieu.

Pour dynamiser le marché des discothèques, nous pourrions miser sur l’ancienne tendance des « Club kids ». Qu’est-ce que c’est? C’est tout simplement d’engager des jeunes et de mousser leur réputation pour en faire des vedettes. En s’habillant style do it yourself (DIY) pour amuser la foule, ces jeunes font le buzz en réinventant sans cesse leur image comme si tous les jours étaient l’Halloween.

Je sais qu’à Montréal, on mise parfois sur des influenceurs et des gens qui font le buzz sur Internet pour s’attirer une foule de jeunes curieux. Il arrive aussi souvent d’engager un animateur/humoriste pour divertir les fêtards.

Ce n’est pas de cela dont je parle. Je ne parle pas d’inviter des vedettes déjà établies. Je parle de créer une gang de vedettes de toute pièce à partir de jeunes gens à la personnalité flamboyante. Cela a permis à des propriétaires de bars new-yorkais et londoniens à mettre leur bar sur la map dans le passé.

Si vous en doutez, regardez ce documentaire complètement cinglé qui explique le phénomène du Limelight:

Limelight Documentary-Peter Gatien, Michael Alig

Publicités