Anaïs Favron brise l’Internet en parlant de son physique sur Facebook

D’après un tweet de Dominic Arpin, le message de Anaïs Favron sur Facebook a obtenu ces statistiques à 16h40, Dimanche 24 avril 2016:

Voici le texte du post en question qui fait tant jaser:

Aujourd’hui, il y a une dame dans la cinquantaine qui m’a écrit en privé pour me dire que j’avais l’air d’une petite grosse à la télé et que je devrais m’habiller autrement pour le cacher…
Vous savez quoi madame de Gatineau? Oui je suis petite, oui je suis dodue, ce n’est pas l’illusion de la télé, alors s’il existait des vêtements qui me donnaient l’air d’être mince et sexy, je trouverais ça probablement très cool mais en même temps ça ne serait pas moi, moi je suis petite et dodue, je vieillis aussi et je ne vois pas pourquoi je devrais faire semblant d’être quelqu’un d’autre pour vous plaire. Mon chum me trouve très chouette, et j’ai beaucoup de plaisir dans la vie, je vous souhaite d’en avoir autant et d’être bien dans votre peau!! C’est le message que j’envoie à toutes les femmes qui comme moi ne seront jamais mannequin!!

Anais, présidente de l’association québécoise des petites grosses qui ont du fun!!! 🙂

Un dossier à suivre…

SOURCES

@Dominicarpin

Anais Favron – Facebook

Andréanne Simard, gestionnaire médias sociaux

MAJ

Après avoir lu des centaines de commentaires suivant le post de A. F., je conclus que la majorité des répondants trouvent que le commentaire « de la femme de Gatineau » est déplacé et qu’elle se trompe. On juge Anaïs Favron de belle et on l’envie même pour son physique. Un très large pourcentage des commentaires sont élogieux. Certains veulent faire parti du club dont Favron est la « présidente ». D’autres parlent de la méchanceté des femmes. Un grand nombre dit qu’elles sont elles aussi petites et dodues… Le mot « dodue » revient très souvent. Des hommes disent que Favron est de leur goût. Des femmes se disent fâchées que le modèle de corps proposé par la société en général est dérangeant et inapproprié. Bref, le message reçoit un grand nombre de critiques positives. C’est un plus pour l’image de marque d’Anaïs Favron!

Plus j’étudie ce dossier, plus je prends conscience qu’il pourrait potentiellement être un miroir plus grand de la société québécoise collectiviste, matriarcale et héritière du catholicisme et de sa morale.

Je pense qu’on pourrait aussi parler d’un geste féministe au sens où Favron s’affirme face au modèle de beauté unique, mais comme elle s’adresse à une autre femme, c’est dur à dire.

On pourrait aussi se demander si ce phénomène n’est pas le reflet de la projection de femmes complexées par leur propre image corporelle sur l’image du physique de Favron. On pourrait aussi mettre ce billet et les commentaires et réactions en rapport avec les statistiques sur l’obésité au Canada. Ici, le mot « dodue » est un euphémisme pour parler de surpoids. « Dodue » pourrait aussi signifier « mignonne », si on se fie à l’idée général qu’on associe généralement le mot « dodue » aux nouveaux-nés.

Plusieurs commentaires me portent à croire qu’on assiste à un collectif en train de se former, une réelle communauté. Doit-on catégoriser cette communauté de #lesgens version #petitedodue?

Ce dossier est encore en évolution. Un média en fait mention:

*Notez que je parle de l’Internet québécois, quand je dis « briser l’internet ».

Publicités