« Millionnaire » et « international » : deux mots qui trompent une clientèle vulnérable

Combien de fois avez-vous déchanté après qu’on vous ait vendu un produit ou service lancé par un supposé millionnaire ayant des bureaux à l’international? Vous voulez berner des gens crédules, ambitieux et en manque de soutien psychologique? Utilisez ces deux mots à forte connotation positive: « millionnaire » et « international ».

Mise en garde

Attention! Je vous préviens, ce texte s’inscrit dans ma conférence sur l’art de la tromperie et ce n’est pas un encouragement à agir comme je le décris ici-bas! Comme consultant, j’ai développé cette présentation pour éduquer mes clients à éviter certaines relations d’affaires toxiques avec des entrepreneurs qui trompent leurs proches.

La tromperie de type « Beau parleur »

Je ne compte plus le nombre de gourous des affaires et de gens croches qui vendent du rêve en se faisant passer pour des entrepreneurs à succès « millionnaires » et « ayant des contrats à l’international ». Sont-ils réellement millionnaires ou est-ce une entreprise de vente pyramidale qui en donne l’impression? Ont-ils réellement des bureaux « à l’international » ou est-ce que ce sont des boîtes postales pour une société écran?

On peut donner l’impression d’être ultra-riche en mentant, en s’endettant à outrance, à s’associant à des actionnaires véreux, en achetant des propriétés au look artificiellement clinquant… On peut aussi sembler riche en annonçant un produit ou service à un prix ridiculement élevé censé ne s’adresser qu’à la crème de la crème des clients de luxe.

Quelques exemples

Je connais un type qui travaillait dans le domaine de la mode. Tout à son sujet évoquait la richesse: beau discours, belle apparence, belle carte professionnelle, belle voiture, belle associée, belle assurance… Tout cela était beau en apparence, mais sous le vernis, ce plouc était un manipulateur qui ne payait pas ses fournisseurs.

Je connais une autre personne qui affichait sur son site Web qu’elle était à la tête d’un grand groupe composé de huit associés principaux. Il s’avérait en réalité que le monsieur était seul et qu’il engageait des sous-traitants en faisant paraître qu’ils étaient bel et bien les membres de cette grande équipe de calibre « international ».

Comme dernier exemple, je peux donner le mirage que faisait montrer une agence de publicité qui, pour s’attirer ses premiers clients fortunés, avait loué un grand yacht pour y inviter tout le gratin de l’époque: vedettes, célébrités, riches entrepreneurs, etc.

Quoi faire pour éviter le pire?

Morale de l’histoire: demandez des preuves lorsqu’un entrepreneur prétend qu’il détient la clé du succès. Demandez des références et cherchez à connaître la réputation des gens. Attendez-vous à faire de la recherche. Ne vous empressez pas d’acheter ce qu’on vous vend à pression. Votre porte-feuille vous en remerciera! Il est démontré qu’on fait plus confiance aux gens qui nous semblent familier. Même un proche peut être un élément toxique avec qui ne pas s’associer.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Publicités