Snapchat est un buzzword et je suis cynique

Tout le monde parle de l’application mobile Snapchat. Snapchat permettrait d’approfondir la relation de confiance avec le client. Etc. Gros buzzword comme on dit dans le milieu…

Selon Wikipédia:

Un buzzword est un terme ou une expression de jargon qui est utilisée, pendant une certaine période, comme slogan pour désigner une nouveauté (technologie, produit, concept, etc.) et pour attirer l’attention sur cette nouveauté. Son utilisation donne l’impression qu’il s’agit de quelque chose d’important et à la mode ainsi qu’une impression de compétence auprès du public (exemples de termes : « faisabilité », « synergie » ; exemples d’expressions : « médecine douce », « réchauffement climatique »).

Qui est sur Snapchat?

D’après Julien Brault du journal LesAffaires:

Du reste, ce n’est pas seulement les entreprises qui ont tout intérêt à apprivoiser Snapchat, mais aussi, tous les professionnels qui veulent rejoindre les 13 à 34 ans.

Ça permet d’exprimer quoi?

D’après les articles de Mashable sur l’app., Snapchat, c’est fait pour « saisir le moment présent », « capturer l’instant présent » et « partager des moments ». Bien entendu, ce partage crée du bouche-à-oreille positif pour la marque et c’est payant de faire parler de soi.

Que faire du 93% en premier?

D’après un récent dossier de RDI Économie avec Gérald Fillion, le commerce électronique ne représentent que 7% du total des ventes en 2014. Il va où le 93% qui reste?

Voici une copie d’écran de l’édition spéciale du 7 mars 2016 : le commerce électronique (RDI Économie, 2016):

statistique-commerce-electronique-quebecois-2016-rdi-economie

Et bien le 93% restant, ce sont les mononcles et les matantes qui circulent encore dans les centres commerciaux même s’il y a une réelle crise du commerce de détail. Ce sont les baby-boomers qui ont plus d’argent que leurs enfants à dépenser et qui prennent bientôt leur retraite.

Le point que je veux faire, c’est que c’est bien de suivre la tendance, mais pas au risque de ne pas suffisamment investir dans sa clientèle de base. Il reste que les gens vont encore chez le mécanicien en personne. Ils magasinent des produits cosmétiques sur place pour obtenir des conseils beauté. Ils vont se faire masser et se reposer dans un spa parce que leurs journées sont stressantes. Ils aiment voir leur gardienne en face avant de lui donner la responsabilité de surveiller les enfants. Les consommateurs aiment aussi se rencontrer en face-à-face au café du coin pour sortir de l’isolement social. Ils préfèrent aussi parfois assister à leurs cours magistraux en personne. Pourquoi? Parce que ça communique mieux. Les gens de Limoilou aiment bien ne pas traverser la rue pour aller au bar du coin boire une bière blonde. Une barmaid me raconte que ses clients ne la suivraient pas si elle déménageait l’autre coin de la rue… Les gens se pointent encore en magasin pour tester la grandeur de leurs souliers. Il n’ont pas vraiment le choix de se présenter chez le coiffeur s’ils veulent se faire coiffer. Vous savez quoi? Les gens aiment aussi voir un spectacle live. Ils aiment l’ambiance des matchs de hockey. Ils adorent manger de la crème glacée sur un banc de parc en amoureux collé-collé.

Attention au 7% qui évolue…

Toutes ces expériences de consommation mentionnées ci-haut se font hors ligne. Ça ne vous empêche pas, comme commerçant, d’offrir des facilités de paiement et d’avoir un site Web à +1000$ sur WordPress.org avec du SEO marketing… Vous n’êtes pas obligé de nier la tendance Snapchat! Moi, je suis cynique, mais si vous avez les ressources, lets go, suivez le courant jusqu’à la prochaine mode.

Mon point, c’est que des buzz sur Internet, il y en a à tous les six mois. Ça bouge très vite. Ces temps-ci, c’est Snapchat. Avant, c’était Instagram, Twitter, Facebook, MySpace (on se souvient)… Il y a aussi eut des fails et des consultants informatiques et commerce électronique patantés qui s’en ont mis plein les poches aux dépends des PMEs du Québec. Il y a aussi eu la fameuse bulle Internet. Et avant, il y avait aussi de la spéculation. La spéculation, ça fait parti de l’art de la tromperie:

Branchez-vous, c’est facile

Si vous n’êtes pas une PME branchée sur Internet, sachez qu’il existe des solutions toutes simples comme WIX. Vous pouvez même avoir l’assistance de l’opération Branchons les PME:

Branchons les PME est un OBNL qui a pour mission d’outiller les entreprises québécoises et les aider à se doter d’un site Internet, pratiquer le commerce électronique et mener leurs affaires de façon autonome sur le Web.

SOURCES

Édition spéciale du 7 mars 2016 : le commerce électronique (RDI Économie, 2016)

Petit guide d’utilisation professionnelle de Snapchat à l’intention des plus de 30 ans (LesAffaires, 2016)

http://mashable.com/category/snapchat/

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Être ou ne pas être une « pute à like » sur Facebook

Publicités