Richard Martineau: narcissisme, polémique, hyperbole et anxiété

Marc-André Cyr a fortement critiqué Richard Martineau dans un article de Ricochet intitulé « Notice nécrologique : Richard Martineau (1961-2016) ». Ce texte refait surface présentement sur les réseaux sociaux alors que Martineau en fait mention dans un post sur Facebook.

Narcissique

Dans son texte, Cyr soupçonne Martineau de « narcissisme ».

D’après la bible des psychiatres, le DSM-5, le narcissisme est un trouble de la personnalité. La personnalité est le caractère stable d’un individu, ce qui ne change pas et qui constitue sa représentation (persona = masque social) qu’il se fait de lui-même et que les autres font de lui. S’il y a trouble, c’est qu’il y a dysfonctionnement.

« Narcissique » provient du mot « Narcisse » associé à un mythe grec dans lequel un homme se trouve tellement beau dans son reflet dans l’eau qu’il tombe dans l’eau et y meurt. C’est alors que pousse la fleur du narcisse à sa position précédente.

L’accord inter-juge permet aux psychiatres de conclure sans doute si une personne est ou non narcissique. Comme je ne suis pas psychiatre, je vais simplement vous inviter à lire l’article du DSM-5 qui traite de ce sujet.

À mon avis, Martineau n’est pas narcissique au sens pathologique du terme. En effet, Richard Martineau est fonctionnel au plan social et professionnel. À ce que je sache, sa vie personnelle n’est pas dysfonctionnelle en raison de sa personnalité au point où son égo est une entrave à ce qu’il établisse des relations intimes et de proximité. Je ne l’ai pas vu non plus en entrevue écraser psychologiquement son collaborateur ni ses invités pour se mettre lui-même en avant-plan.

Polémiste

En entrevue, Martineau se définit lui-même comme un polémiste. En ce sens, il aime la polémique. Selon Larousse, « polémique » signifie:

Débat plus ou moins violent, vif et agressif, le plus souvent par écrit : Une polémique politique qui s’envenime.

Martineau est une personne qui maîtrise des techniques de manipulations langagières pour tourner à son avantage une situation. C’est aussi un être qui se répète sur plusieurs tribunes ce qui lui donne une importance médiatique exagérée, reconnue par Influence Communication dans sa publication « Les médiacrates ».

Hyperbole

Richard Martineau utilise aussi l’hyperbole pour vendre ses opinions. Son ton est souvent hargneux et volontairement populiste, proche du peuple. Selon le Larousse, l’hyperbole se définit ainsi:

Figure de rhétorique consistant à mettre en relief une idée en employant des mots qui vont au-delà de la pensée. (Ainsi, dire un pygmée pour qualifier un homme de petite taille.)

Anxiété et circuit de la peur

Au niveau de l’image de marque, Richard Martineau pourrait être défini comme un entertainer du discours médiatique populaire. Son visage et son nom sont synonymes de violentes réactions tant positives que négatives selon les sujets que j’ai questionné. En ce sens, je présume que l’image d’un Richard Martineau activerait fortement chez certains individus le circuit de la peur (amygdale/hippocampe) dans le cerveau, mais cela n’est qu’une hypothèse.

Est-ce que Richard Martineau vous donne de l’anxiété?

SOURCE

Notice nécrologique : Richard Martineau (1961-2016) (Ricochet, 2016)

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Les entrepreneurs sous-estiment l’importance de la personnalité du client dans l’effort de l’achat

MAJ

Suite de la petite histoire…

Patrick Lagacé avait toléré Cyr en entrevue lors d’un congrès de journalistes, ce qui avait mis Martineau en beau fusil. Ils se sont envoyés quelques tweets haineux.

Maintenant, Patrick Lagacé, avec qui Richard Martineau est un ancien collègue, aurait lui aussi critiqué non seulement Richard Martineau, mais aussi sa femme Sophie Durocher.

Maudit que le Québec est petit… La marde est pognée.

Publicités