Xavier Dolan ou investir du fric pour se faire une réputation d’artiste

Saviez-vous que Xavier Dolan a investi un gros magot pour lancer son premier film? Et oui. Il a sorti ça de sa poche, lancé son film et les médias ont découvert un génie.

Ce ne sera pas la première fois dans l’histoire du monde que des gens se seront acheté une réputation.

Quels sont les meilleurs investissements pour donner l’impression aux médias que nous avons de la valeur comme individu? D’abord, il faut investir dans des actifs qui sont « tendances » et qui sont propres à susciter beaucoup de bouche-à-oreille. Un film, ça réunit tout ça. Un livre aussi. Un gros party aussi.

Mon compétiteur par exemple, a investi dans un livre plusieurs milliers de dollars en publicité et il est maintenant le porteur du titre « d’auteur best-seller ». Ça ne fait pas de lui un marketeur, mais bon… Ça n’a pas empêché un journaliste de lui donner une grosse couverture médiatique.

Picasso a commencé sa carrière en étant très pauvre et mal foutu. Un jour, en âge avancé, on lui a demandé de dessiner quelque chose sur une serviette de table et il aurait dit ceci: « Vous croyez que ça ne vaut rien, mais moi, ça ma prit ma vie à apprendre à faire ce dessin. »

Les artistes ont intérêt à investir dans eux-mêmes. Ils ont intérêt à créer des soirées mondaines pour célébrer égocentriquement et narcissiquement leur propre œuvres. D’ailleurs, il le font tout le temps, si bien que c’en est banal.

Récemment, la vedette de cinéma Shia LaBeouf s’est filmé alors qu’il écoutait ses propres films. La vidéo était diffusée en direct sur le Web. Bien entendu, ça a fait le buzz et ses réactions sont devenus des memes Internet.

On raconte qu’alors que ses billets de spectacles se vendaient mal, l’humoriste Jean-Marc Parent a loué la plus grande salle en ville, créant de fait un événement populaire.

Combien peut coûter une pleine page dans le journal? 10 000$ à 50 000$ d’investissement en relations publics et en lancement d’événements.

Pour se vendre comme artiste, il faut s’avoir gérer les demandes et savoir quand dire non. On devient alors éditeur de sa propre carrière et on se crée un persona.

En passant, j’adore Tom à la ferme de Xavier Dolan. Allez voir ce film.

MAJ

Heille wô! En passant, j’adore Xavier Dolan. Si vous pensiez le contraire, relisez l’introduction où je le nomme de « génie »! PEACE OUT!

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

CRM et PME: comment bien implémenter le système de gestion du service à la clientèle

Le marché du livre québécois: ce que personne n’ose vous dire en pleine face

Raconter une histoire vraie ou un témoignage client pour vendre

Pierre Lapointe est un « A » et la classification des artistes-vedettes québécois

Une artiste m’a raconté comment faire des milliers de dollars lors de art shows

Publicités